header banner
Default

Le prix du modèle Toyota bZ4X fabriqué à la maison


Petit frère du Lexus RZ, le Toyota bZ4X se montre un peu plus agile et abordable. Mais ce SUV électrique « made in Japan » reste trop onéreux pour menacer ses rivaux.

Présenté, il y a un an, le Toyota bZ4X a dû subir plusieurs mises à jour avant de faire enfin son arrivée sur notre marché. Fabriqué dans la même usine japonaise que le Lexus RZ 450 E, ce SUV 100% électrique se fait un peu plus court (4,69 m contre 4,81) et moins luxueux. Il se décline d’ailleurs dans une version traction d’entrée de gamme avec un seul moteur synchrone à aimants permanents de 204 ch pour 266 Nm. La batterie au lithium-ion de type NMC (Nickel Manganèse Cobalt) fournie par Panasonic affiche la même capacité à savoir 71,4 kWh brut pour 64 kWh net utile.

Une seule finition bien légère

VIDEO: Essai Toyota BZ4X : Le coût du « fait maison »
Automobile Propre

Proposé dans une seule finition dite Origin, le Toyota bZ4X reçoit en série des feux à LED adaptatifs, un becquet arrière, des barres de toit, des vitres arrière teintées et des jantes 18 pouces. À bord, la présentation se fait un peu moins luxueuse que chez Lexus. Le mobilier utilise davantage de plastiques durs, le volant ne possède plus de palettes pour modifier la régénération et les sièges en tissu chauffants ne sont pas ventilés et ne se règle électriquement que du côté conducteur.

L’écran de 12,3 pouces est moins bien intégré tout comme les boutons de raccourcis disgracieux. Faute d’offrir un processeur puissant et une connectivité évoluée, l’ensemble multimédia intègre AppleCarPlay et Android auto. Les bacs de contre-porte, un peu plus spacieux que dans le RZ ne font pas oublier l’absence de boîte à gants. Le petit volant est agréable à prendre en main, mais à l’instar des Peugeot, la branche supérieure du volant peut nuire à la visibilité des compteurs. Bref, la présentation est assez austère et sommaire.

À lire aussi Prise en main – Toyota C-HR 2024 : que vaut le SUV compact devenu hybride rechargeable ?

Assez de place, pas assez de coffre

VIDEO: Essai TOYOTA bZ4X – Garanti jusqu’à 1 MILLION de KM !
Le Vendeur Automobiles

L’habitabilité est comparable à celle du Lexus RZ avec un bel espace aux jambes aux places arrière et une garde au toit suffisante. La banquette proche du plancher impose cependant une position assez repliée et la largeur aux coudes se montre un peu juste pour caser trois adultes à l’arrière. Côté coffre, le Toyota bZ4X revendique 452 litres, soit 70 litres de moins que son grand frère. Un volume assez moyen dû à une hauteur restreinte. La bonne largeur derrière les passages de roue et le grand hayon électrique facilite toutefois le chargement des bagages. Le double-fond ne permet que de loger un kit anti-crevaison et aucun rangement n’est disponible sous le capot avant. Il faudra donc prévoir de la place pour un sac de câble en plus des valises.

Un excellent SUV urbain

VIDEO: Essai- Toyota BZ4X : que vaut la première électrique de Toyota ?
Caradisiac

Grâce à sa relative étroitesse (1,86 m de large contre 1,92 m pour un Tesla Model Y), le Toyota bZ4X se révèle très à l’aise en milieu urbain où il offre aussi un excellent niveau de confort et une bonne visibilité. Les grands rétroviseurs compensent l’épaisseur des montants trois quarts arrière, et la caméra de parking avec vue à 360° facilite les manœuvres malgré la faible définition de son écran. Le diamètre de braquage de 11,2 m n’a rien d’exceptionnel, mais se révèle aussi plus favorable que celui d’un Tesla Model Y. Le freinage régénératif peut être accentué et aller jusqu’à l’arrêt en utilisant le bouton « One Pedale ». La puissance de ralentissement demeure cependant limitée et une certaine inertie se ressent au lever de pied. Autre point fort, la garde au sol assez haute (17,7 cm) permet de s’affranchir des trottoirs ou des méchants ralentisseurs que les suspensions absorbent bien. Pour évoluer en tout chemin, le Toyota bZ4X propose un système de motricité renforcée à faible dit XMODE. Les montagnards peuvent aussi opter pour la version 4X4 dotées de deux petits moteurs de 109 ch (soit 218 ch de puissance cumulée) intégrés dans chaque essieu au lieu d’un gros bloc de 204 ch à l’avant.

À lire aussi Essai – Toyota Prius PHEV : toutes les consommations mesurées de notre Supertest

Rapide et souple

VIDEO: Essai Toyota bz4x: Mon avis honnête après une semaine à son volant !
Simplement Julien

Sur route sinueuse, le Toyota bZ4X nous a davantage séduit que le Lexus RZ450E pourtant nettement plus puissant (313 ch) et uniquement proposé en version 4X4. L’explication repose essentiellement sur la différence de poids (1895 kg contre 2075 kg). Reposant sur des suspensions relativement souples avec des pneus aux flancs épais, le Toyota bZ4X n’est certes pas aussi dynamique que ses concurrents et tend à élargir la trajectoire lorsqu’on le bouscule, mais semble moins pataud que son grand frère. Le moteur de 204 ch procure des performances amplement suffisantes (7,5 s sur le 0-100 km/h) et l’antipatinage jugule bien la répartition du couple sur le train avant. L’amortissement nous a aussi paru moins trépidant.

Silencieux, mais pas si sobre

VIDEO: Combien coûte...le Toyota bZ4X 2023 (100% électrique)
AUTOJOUBERT

Sur voie rapide, le Toyota bZ4X procure un excellent niveau de confort. De petits sifflements apparaissent à haute vitesse au niveau des rétroviseurs, mais l’insonorisation générale est très satisfaisante. Le système d’aide au maintien de ligne couplé avec le régulateur de vitesse (de série), nous a semblé moins hésitant que sur le Lexus R450E. Preuve que le constructeur fait évoluer rapidement son produit. Notons par ailleurs que le Toyota bZ4X offre une capacité de remorquage de 750 kg. Plus léger et moins puissant que le Lexus RZ450E, le Toyota bZ4X revendique une bien meilleure autonomie selon les normes WLTP (503 contre 404 km). Durant notre essai, nous avons relevé une consommation assez proche en usage mixte (18 kWh/100 km contre 19 kWh) et un peu plus raisonnable sur autoroute à 130 km/h (22 kWh/100 km contre 24 kWh à 130 km/h) mais pas au point de gagner une centaine de kilomètres de rayon d’action. Comptez toujours entre 250 et 350 km selon le type de parcours, ce qui figure dans la bonne moyenne des SUV électrique. Pour la recharge, le Toyota bZ4X peut recevoir 150 kW de puissance maxi en courant continu (DC) et 11 kW en courant alternatif (AC) ce qui figure aussi dans la moyenne du segment.

Un prix plombant

VIDEO: Essai - Toyota BZ4X (2022) : enfin le 100% électrique
Caradisiac

Facturé 55 000 € dans sa version traction de 204 ch et 58 000 € en 4X4 de 218ch, le Toyota bZ4X s’avère bien plus abordable que le Lexus RZ450E (dès 75600 €) pour un niveau de prestation très proche. Le SUV Toyota reste tout de même trop onéreux pour se mesurer à ses concurrents directs comme le Nissan Arya (dès 43 300 €) ou le Tesla Model Y (dès 45 990 €). Même si Toyota conserve une excellente réputation en matière de fiabilité et de service après-vente, la douloureuse est difficile à avaler.

À lire aussi Témoignage – Fan d’éco-conduite, Pierre voulait une Renault Zoé, mais a reçu une Toyota Yaris

On aime :

VIDEO: 2023 Toyota bZ4X: Everything You Need to Know
EV Pulse
  • Les performances
  • La place à l’arrière
  • Le confort honorable

On aime moins :

VIDEO: Toyota bZ4X awd Off Road TEST! | IMPRESSIVE with Subaru's X-mode!
Car Question
  • Le prix trop élevé
  • L’ensemble multimédia dépassé
  • La finition sommaire

Sources


Article information

Author: Lauren Jones

Last Updated: 1699183921

Views: 1015

Rating: 4.6 / 5 (56 voted)

Reviews: 97% of readers found this page helpful

Author information

Name: Lauren Jones

Birthday: 1959-08-14

Address: 1497 Mckee Ridges Suite 445, East Karen, UT 86819

Phone: +3584498835103577

Job: Web Designer

Hobby: Gardening, Rock Climbing, Swimming, Coffee Roasting, Photography, Kite Flying, Video Editing

Introduction: My name is Lauren Jones, I am a dear, venturesome, spirited, talented, Colorful, vivid, sincere person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.